Optimisez la gestion de vos catalogues produits grâce au MDM (PIM + DAM)

Pour vendre ses produits le plus efficacement possible, une marque se doit d'être rigoureuse sur leur présentation, particulièrement à l'ère du digital et du multicanal. Pour les PME et ETI, l’enjeu est de pouvoir structurer, centraliser et enrichir de grandes quantités d’informations produits (parfois des centaines de milliers !). Pour cela, il importe de s'équiper des bons outils et de la bonne stratégie. Car indéniablement, les catalogues produits sont un outil indispensable aux forces marketing et commerciales. Interview croisée de deux experts : Claire Tanguy et Frédéric Sanuy.

  • Frédéric Sanuy, fondateur et Directeur Général d'Activo Consulting, cabinet de conseil en transformation digitale, avec le développement de solutions PIM et DAM notamment.
  • Claire Tanguy, responsable du service formation de Galilée, intégrateur de plateformes cloud de production marketing pour la gestion et la diffusion de tous les contenus de marque et des informations produits destinés aux supports digitaux, print et packaging.

Optimisez la gestion de vos catalogues produits grâce au MDM (PIM + DAM)

Pouvez-vous définir le MDM (PIM + DAM) et ses avantages dans le cadre de la création d'un catalogue ?

Frédéric Sanuy : Certains définissent le MDM (Master Data Management, ndlr) comme étant l'agrégation du PIM (Product Information Management) et du DAM (Digital Asset Management). Schématiquement, le DAM est destiné à gérer les assets riches, comme les visuels haute définition par exemple, tandis que le PIM est relatif aux données informatives sur le produit, souvent issues de plusieurs bases de données.

Claire Tanguy : L'avantage de ces solutions technologiques est qu'elles formalisent et sécurisent les données, et assurent qu'un produit est présenté au bon format, avec des visuels variés et adéquats, de qualité, et agrémentés du bon argumentaire, du prix correct et avec ses caractéristiques spécifiques. Et cela pour chacune des références que compte l'entreprise, ce qui peut aller jusqu'à plusieurs millions !

Miser sur le MDM (PIM + DAM) pour organiser son catalogue produits est-il recommandé pour toute entreprise de tout secteur ?

C.T : Absolument. D'ailleurs, il ne s'agit pas uniquement de répertorier et de diffuser des produits, mais aussi des services. Ainsi, le MDM peut concerner des produits d'outillage, mais aussi des offres de séjours touristiques, en passant par des annuaires professionnels… avec des catalogues pouvant s'étendre de quelques dizaines de pages à plus d'un millier dans certains cas ! Les domaines d'application sont très vastes.

Par ailleurs, le MDM permet de suivre les adaptations. Par exemple, si le catalogue doit être décliné en plusieurs langues différentes, le PlugIn EasyCatalog d'InDesign va adapter automatiquement les blocs de texte. Il n'est donc pas nécessaire de tout reprendre depuis le début à chaque modification.

F.S : Miser sur une stratégie est particulièrement recommandé pour les entreprises communicantes souhaitant toucher plusieurs canaux de diffusion. Le PIM offre une capacité de syndication et de gestion des différents flux de connexion. Ainsi, une entreprise qui vend ses offres à la fois sur son site e-commerce et sur d'autres marketplaces verra ses fiches produits s'adapter automatiquement aux différents formats.

De même, le DAM permettra de gérer les visuels de chaque référence (et leurs dérivés - parfois jusqu'à une dizaine -, via le PIM, en générant tout simplement des URL) afin de répondre aux différentes exigences des différents sites sur lesquels ils seront diffusés.

Un vrai plus à l'heure où les entreprises évoluent dans leur transformation digitale, et optent pour des stratégies multicanales.

Des catalogues produits automatisés - Automatisation de la production de catalogues

En combien de temps une entreprise peut espérer sortir un catalogue ?

C.T : C’est très variable en fonction de la publication souhaitée, de son niveau de créativité, mais surtout de la maturité de l'entreprise en matière de données. Quel qu'il soit, chez Galilée, nous accompagnons et conseillons les entreprises dans leur projet de transformation digitale, qu'ils soient équipés de nos solutions ou non.

Certaines entreprises, grâce au MDM, disposent de données très structurées, tandis que d'autres travaillent sur des bases de données, des fichiers Excel par exemple. Cela impacte la création du catalogue.

Dans le cas de données structurées sous un référentiel unique grâce au MDM, le gain de temps est doublé ou plus. A contrario, la gestion manuelle est très fastidieuse, et laisse la place à davantage d'erreurs…

Enfin, certaines créations graphiques prennent plus de temps à réaliser que d'autres. Là encore, certaines entreprises ont déjà une charte graphique très établie et disposent de mises en page pré-conçues, là où d'autres sont en attente de recommandations. Cet aspect va également impacter le temps de sortie du catalogue.

Quels sont les préalables requis par une entreprise pour un projet MDM ?

F.S : Ces systèmes sont à la portée de tous et très accessibles, avec des solutions sans licence comme Pimcore dont Galilée est un des partenaires Gold. Cela signifie que l'entreprise n'a pas à disposer de serveurs informatiques ou de compétences particulières pour leur mise en place.

Ce qu'il faut en revanche, c'est qu'elle réalise un une analyse préalable en interne afin de bien déterminer ses besoins. Par exemple, en montant une équipe d'une dizaine de personnes (plus ou moins suivant la taille de l'entreprise) travaillant suivant la méthode du "Design thinking" afin de délimiter les contours du projet MDM, avec ses besoins et ses objectifs. Les projets PIM/DAM, c'est 5% d'outils et de technologie et 95% de process.

Quel est le rythme des mises à jour d'un catalogue ?

F.S : Certaines entreprises, parce que leurs offres sont très évolutives, ont besoin d'une cinquantaine de mises à jour chaque mois. En cela, le MDM (PIM + DAM) permet de contrôler et de gérer efficacement ces changements.

C.T : Dans leur version imprimée, les catalogues ont généralement une durée de vie d'un an. Mais les mises à jour sont facilitées par le logiciel de mise en page automatique EasyCatalog. Une ou deux personnes suffisent afin de créer et de faire vivre un catalogue.

Nous pourrions citer l’exemple d’un client dans le domaine de la distribution et du bricolage, pour qui le catalogue représente un outil marketing déterminant, qui dans son cas contient plus de 2500 pages et comme vous l’imaginez, présente des milliers de produits et références. Avant l’intégration du MDM et de la mise en page automatisée, il fallait environ 9 mois à 6 ou 8 personnes pour assurer la production du catalogue. Après intégration des outils et des nouvelles procédures, nous sommes passés à moins de 2 mois pour 2 personnes… Appréciez le retour sur investissement ! Avec en plus, la capacité à accroître la quantité des publications pour dynamiser les ventes. Et si cet exemple est très emblématique eu égard aux quantités induites, vous aurez les mêmes bénéfices avec des configurations de nombres de produits ou pagination moindres.

Pour conclure...

Aujourd’hui, maîtriser sa production de catalogue produit avec un MDM, c’est possible. Et c’est surtout accessible aux PME et ETI ! Une solution de MDM (PIM + DAM) va vous permettre de gagner en efficacité sur le processus de production du catalogue et de tout support marketing dans sa globalité. Avec ce système de centralisation, les équipes marketing et produits peuvent s’appuyer sur un référentiel unique pour récupérer les données et ainsi les diffuser sur les différents canaux.

Vous souhaitez optimiser votre production de catalogues ?

Nos experts vous répondent !

HAUT